Today's ForecastCloudyHigh:21°Low:15°

Une immersion dans la vie sauvage

Seuls 18 écosystèmes au Canada ont été spécialement désignés comme réserve de biosphère de l’UNESCO — et l’une d’entre elles se trouve ici dans la région Côtes acadiennes et Yarmouth.

           Contenant la plus grande zone de nature sauvage protégée des Maritimes, la Réserve UNESCO de la biosphère de Southwest Nova cherche à atteindre un équilibre entre la conservation de notre patrimoine naturel et culturel et l’activité économique grâce au développement durable des ressources qui soutient des économies locales prospères et des communautés saines.

UNESCO Southwest Nova Biosphere Reserve

Un climat unique qui abrite une diversités d’espèces

Englobant de nombreux écosystèmes terrestres et aquatiques, notamment la forêt acadienne, des plaines vallonnées, des drumlins et des falaises côtières, le climat unique de la Réserve de la biosphère de Southwest Nova fait d’elle un important foyer de biodiversité. Elle abrite un ensemble extrêmement diversifié d’espèces, dont 75 % des espèces en péril de la Nouvelle-Écosse, le plus grand nombre d’amphibiens et de reptiles à l’est de l’Ontario, et de nombreuses plantes rares, ainsi que des espèces emblématiques comme l’aigle, l’orignal et la truite. 

L’intégrité culturelle et le patrimoine

La Réserve UNESCO de la biosphère de Southwest Nova préserve et met en valeur l’intégrité culturelle et le patrimoine de la région. La riche culture de la région comprend la garde des terres par les Mi’kmaq, les établissements fondateurs des premières colonies françaises et britanniques, ainsi que les Loyalistes noirs le long de la côte sud-ouest du comté de Shelburne. La réserve UNESCO contient les cultures mi’kmaw, acadienne, anglaise et écossaise, ainsi que plusieurs autres cultures. La diversité qui en résulte est un mélange extraordinaire de traditions, de nourriture, de festivals et de communautés.

Rolling plains with a few haybails

L’aire sauvage Tobeatic

Avec des douzaines de lacs isolés, le « Toby » et le Parc national et lieu historique national Kejimkujik adjacent ensemble protègent 142 000 hectares de forêt mixte, de landes et de terres humides. Il s’agit de l’âme sauvage des Maritimes, et le cœur de la réserve UNESCO de la biosphère de Southwest Nova.

Les lacs, ruisseaux et rivières interconnectés de la réserve Tobeatic offrent des possibilités exceptionnelles de canotage, de pêche et de camping en pleine nature. En fait, cette région légendaire de la Nouvelle-Écosse est surtout connue pour ses orignaux continentaux, ses ruisseaux à truites et ses parcours de canotage accidentés à travers des lacs rocheux et des rivières sauvages.

Ces routes et portages, d’abord parcourus par les Mi’kmaq, ont soutenu une tradition de guide de chasse et de pêche de classe mondiale à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Ils comprennent une grande partie de la route de canotage rendue célèbre par The Tent Dwellers, le récit d’Albert Bigelow Paine de 1908 sur les aventures de guides et de pêcheurs sportifs dans l’arrière-pays de cette région.

Three people walking in the woods

Pour de plus amples renseignement

Pour de plus amples renseignements au sujet de la Réserve UNESCO de la biosphère de Southwest Nova, ne manquez pas de consulter le site Web de la Réserve UNESCO de la biosphère de Southwest Nova ou de vous adresser au Culture, Heritage, & Science Interpretive Centre (Trad. libre : « Centre d’interprétation sur la culture, le patrimoine et la science ») situé à 90 Water Street, à Yarmouth (N.-É.).

Lighthouse on a rocky coast